THEME du BLOG

 
 
PHOTOS réalisées en ALGERIE entre 1962 et 1972
Paysages visités et
membres de notre famille
+ proches en groupes
 
 
 
[][]

Présentation

Texte Libre

Test your Internet connection speed at Speedtest.net
 

Images Aléatoires

  • BIVOUAC EN PLEIN DESERT
  • CLASSE DE FIN D'ETUDES 1966-1967
  • LE DJURDJURA EN KABYLIE
  • COURS ELEMENTAIRE 2
  • VERS LE COL DU TELMETT

Derniers Commentaire

photos

Jeudi 28 septembre 4 28 /09 /Sep 00:31
QUELQUES PHOTOS DU BLOG

ben-zouite-1-copie-1.jpg BEN ZOUITE PLAGE REGION DE COLLO

CONSTANTINE VUE DE ND DE LA PAIX

CASCADE-HAMMAM-MESKHOUTINE.jpg CASCADE EAU CHAUDE HAMMAM MESKHOUTINE ( HAMMAM DEBAGH OU HAMMAM CHELLALA )


GORGES DE ROUFFI


 
 
LA GROTTE MERVEILLEUSE
REGION DE JIJEL EX-DJIDJELLI


PORTE DU SOUDAN A TIMIMOUN


LES TORCHERES A HASSI MESSAOUD


vers-le-minaret-de-beni-isguen-copie-1.jpg VILLE SAINTE DE BENI ISGUEN


DANS LA REGION D'EL GOLEA


ENTRE TOUGGOURT ET EL OUED


ENTRE BISKRA ET ROUFFI


VUE DE CONSTANTINE VUE DE CONSTANTINE


cite-ouvriere-ou-mechta-ghiren-2-copie-1.jpg
HAMMA BOUZIANE (EX-HAMMA PLAISANCE)
L'EX-CITE OUVRIERE, A HAMMA BOUZIANE, S'EST ETENDUE VERS LE SOMMET


CES PHOTOS SONT EXTRAITES DES ARTICLES OU DES ALBUMS PHOTOS DU BLOG
 


[][]

Par Alain - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 27 commentaires
Dimanche 17 septembre 7 17 /09 /Sep 19:19
 
 
VIDEOTHÈQUE


Le 2 avril 1965, un vendredi, M. NICOLAÏ, Directeur d'école, a filmé avec un super 8, à l'ECOLE CITE OUVRIERE DE HAMMA BOUZIANE, une scène quotidienne de la vie scolaire.Quarante et un ans plus tard, Norbert, la vedette de ce film, me fait parvenir un DVD sur lequel il a fait numériser ces images.
Cliquer sur les vignettes pour visionner les vidéos

 
  ECOLE CITE OUVRIERE DE HAMMA BOUZIANE

Et voici la suite et fin de cette vidéo coupée en 2 parties pour des raisons d'ordre technique

ECOLE CITE OUVRIERE DE HAMMA BOUZIANE
( Suite )

video-Hamma.jpg ECOLE CITE OUVRIERE HAMMA BOUZIANE
  
(en une seule vidéo)

 
 

  Vie scolaire en 1965 à DIDOUCHE MOURAD (ex BIZOT) 


FILM REALISE PAR L'EQUIIPE ENSEIGNANTE  DE L'ECOLE DE DIDOUCHE MOURAD

[] []

 

  PONTS DE CONSTANTINE

 

SUR LES PONTS DE CONSTANTINE Vidéo réalisée par un ancien élève de l'école

 

     Merci à ALI  

 

 

                          

Par Alain - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 17 mai 3 17 /05 /Mai 10:55

 

 

NOUVELLES PHOTOS

  Je viens de recevoir, en ce 17 mai 2006, de nouveaux documents envoyés de CORSE par mon ami et collègue Norbert. Je les publie immédiatement avant de les insérer dans les rubriques existantes. Un grand merci à Norbert en espérant que beaucoup d'autres anciens, élèves et enseignants, suivront son exemple.

Ecole cité ouvrière à Hamma Bouziane

EN CLASSE

EN CLASSE  ( LALMI SEMBLE INTERESSE! )

CI 1 1963-1964

EQUIPE ENSEIGNANTE BIEN ENTOUREE

SI SAID FELICITE LALMI


§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

PHOTOS DE VISITEURS DU BLOG

Cliquer sur les photos pour agrandir:


Ecole Victor Hugo CM2(1961-1962) à Bône


Rang du haut de gauche à droite:   1.ELLULE-  2.CAZEAUX-  3.PALMIERI-  4. ..?..-  5.ARKI- 6.ATTAL- 7.VENTURA-  8.ROSSI


Rang du milieu de gauche à droite: 1.LUZI-  2.BENSADHOK - 3.SALI - 4.MENAGE-  5.RENAULT- 6.ZAMIT-  7.LEVY-  8.MERABET


Rang du bas de gauche à droite:      1.BADJI-  2.BERGER-  3.CRONEISS Gilles-  4.CALEGA-  5.CAYOUN- 6.BENDALLI -  7.LANGELLA (Sur ce rang, il y a des erreurs:Prière de nous contacter pour rectification)

Ecole Victor Hugo CM2 1948 à Bône:



Rangs de haut en bas et de gauche à droite(Atso! si ti t'y trouves dans cette liste, mon frère, ti es septuagénaire)

RANG 1:  1. ..?..-  2. .. ?..-  3.Cadeo-  4.Bellay-  5.Cattalan-  6.Denis-  7.Pilly-  8.Zammit-   9.Arrouas Gilbert

RANG 2:  1.Piot-  2. .. ?..-  3.Metal-  4.Kung-  5.Caramel-  6.Mimouni-  7.Lorquin-  8. Martin-  9.Barnier Claude

RANG 3:  1. .. ?..-  2.Attelan Elie-  3.Goba-  4.Strini-  5.Hermann-  6.Daoud Kamel-  7.Guez Gilles-  8.Hendricks Alain-  9 .. ?..

RANG 4:  1.Touitou Samuel- 2.Tayeb Gyslain- 3.Vidal- 4.Perron Jean-Louis- 5.Attal Guy- 6. Salerno- 7. ..?..-


GROUPE DE MOTARDS A BONE
Remarque:
Précisions et rectificatifs peuvent m'être adressés par le lien de "contact" figurant au bas du blog.

[][]

Par Alain - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 janvier 4 26 /01 /Jan 19:43

SOUVENIRS...SOUVENIRS!
[]
 Total des visites sur la page

VIDEO VIE SCOLAIRE EN 1965
undefined Cliquer sur la photo


                             1. VIDEO tournée à l'Ecole le 2 avril 1965


2. PHOTOS DE CLASSES
 
 

                                   3. COMMENTAIRES D'ANCIENS ELEVES



ECOLE JULES FERRY BATNA
undefined Cliquer pour agrandir
Classe de fin d'études 1957-1958 Ecole JULES FERRY BATNA
Classe de M. Hendricks

En haut de gauche à droite: Chacon *  Bouchouareb *  Draoui  * Bourouba *  Adjroud *  Moullet  * Julien *  Melki  * Hamoun
 Au milieu de gauche à droite: Di Franco  * Kaddouri  * Amor Chaoui *  Boughazi  * Djenane  * Bouabsa *  Cherak  * Azzouz  * Belbahri  * Aouzmani
En bas de gauche à droite
: Chicheportiche  * Villemin  * Lechekhab  * Youcefi  * Bensaïd  * Gillon *  Roussy *  Belaribi  * Hacinet  * Hamrani *  Mansouri 


ECOLE CITE OUVRIERE HAMMA-BOUZIANE
Cours d'initiation 2ème année(1962-1963)


COURS élémentaire 1ère année 1962-1963

1962-1963 Cours...........?............ (Appel à témoins pour retrouver)


Cours moyen 2ème année ...qui rit de bon coeur en 1963-1964


CM2, comme ci-dessus, mais qui a repris son sérieux!

1er rang au fond de gauche à droite: 1.BENCHEIKH? 2.SENIGAR Ammar(Retraité usine Bonna) 3.BOUKHZAR Badis(vit en Lybie) 4. ......?...... 5. ......?...... 6. ......?...... 7.MEZDAD? 8.BOUAMAMA? 9.TAOUTAOU El Hachemi(Finances) 10.TAOUTAOU Salah(Expert comptable) 11.MEKHLOUFI?

2ème rang au milieu de gauche à droite: 1.BOUAOUINI Abdelkrim(Entrepreneur électricité) 2.OUCHENANE Mahmoud(décédé) 3.BOURAS Ahmed(Médecin) 4.LOUCIF Youcef(Cadre chemin de fer retraité) 5.BENLABED Ahmed(Normalien, Inspecteur de l'éducation nationale) 6.BENLABED Brahim? à vérifier(Directeur d'usine retraité) 7.ZIDELMAL Hocine(Retraité) 8.BOUCHOUIT Messaoud(Avocat) 9.SENIGAR Chabane(Transport privé) 10.BENSEGUENI Rabah(Ingénieur agronome)

3ème rang devant de gauche à droite: 1.BENCHEIKH Mohammed(Cadre ex-usine Bonna) 2.MECHNOUAI Abdelhamid(Chauffeur) 3.DJEGHAR Ammar(Plombier) 4.KITOUNI Boumendjel(Retraité) 5.TOUFOUTI Brahim(décédé) 6.BOULEFKHAD Youcef(Ingénieur agronome) 7.GHITI Zoubir(Ingénieur chemin de fer) 8.BOULEFKHAD Mohammed(en France) 9.......?...... 10.AYACHE Ahmed(......?......)


Cours moyen 2ème année 1963-1964


Cours moyen 1ère année 1963-1964



Cours élémentaire 1ère année 1963-1964


Cours d'initiation 1ère année 1966-1967( Photo fournie par MEZDAD Salim)
Classe de Mr BENCHERIET

1er rang au fond de gauche à droite:1.BOUSMAHA Salah-2.KHENFIR Bachir-3.MEZDAD Salim-4.MEKHALFI Mohamed El Hadi-5.DAHDOUH Ahcène-6.MEKHLOUFI Noureddine-7.BOUFAA Salah-8.MEKHLOUFI Mohamed Chérif-9.BOUKHZAR Mohamed-10.BENLABED Kheireddine-11.MERABET Djamel-12.ZEROUK Mustapha-13.TAOUTAOU Rabah-14.KHARRIB Mohamed-15.ACHI Messaoud-16.DOUAS Badis
2ème rang au milieu de gauche à droite :1.BOUCHAOUIT Boulaïd-2.BOUTABZA Salah-3.YOUMNI Rachid-4.ATROUS Mouloud-5.ATROUS Djamel-6.MECHANOUAI Amar-7.KHELFAOUI Mohamed-8.NAHMOUNI Salah-9.MEHARAK Mouloud-10.MECHANOUAI Abdelhak-11.NACER Zoubir-12.HAROUNI Kadour-13.ALIOUACHE Nacer-14.MEHIDEB Larbi-15.MEHIDEB Rabah-16.SENIGAR Rachid
3ème rang devant de gauche à droite:1.BOUKRINE Rachid-2.FERGANI Djahid-3.MEDILI Salah-4.LOUCIF Omar-5.BOUSMAHA Mourad-6.SMIRA Mohamed-7.xxxxxx xxxxx-8.BOUSMAHA Mohamed-Chérif-9.HABACHI Boudjamaa-10.BASTA Djamel-11.ALIOUACHE Djamel-12.ARIBI Mekhlouf-13.NACER Rabah-14.xxxxxx xxxxx

Cours élémentaire 1ère année en 1966-1967

Cours élémentaire 1ère année en 1966-1967


Classe de fin d'études en 1966-1967



En classe


Equipe de football scolaire


Une autre équipe de football(équipe de 7)


Rentrée des élèves un jour de neige


C'est rare mais il arrive qu'il neige à HAMMA BOUZIANE

Une partie du personnel de l'Ecole Cité ouvrière de HAMMA BOUZIANE

Equipe enseignante de l'école Cité ouvrière

Même équipe avec insertion du photographe de la photo précédente

Trois classes de L'Ecole Cité ouvrière

Les logements des enseignants de l'Ecole Cité ouvrière

Un des logements de fonction(Tous identiques)

La Dauphine

Merci à Ammar et Tayeb pour les photos qu'ils m'ont fait parvenir et que j'ai ajoutées.
Document datant de 1963

COMMENTAIRES D'ANCIENS ELEVES

Merci à Malik qui, avec son talent d'écrivain, a exprimé ci-après, les sentiments de la plupart des anciens en voyant et revoyant ces documents qui évoquent tant de souvenirs!

..."Une autre fois encore, je suis allé me chercher dans les lointains témoignages(films et photos de 1965) et, alors que j'étais dans votre blog, j'ai jeté encore un autre coup d'oeil aussi suppliant et insistant que les précédents pour lui demander la dépouille d'une amie défunte, celle de ma belle enfance morte.

J'avoue que je ne suis pas triste: ce que je cherche, ce que nous cherchons dans notre mémoire, ce qui nous manque et nous presse l'âme de nostalgie, ce n'est jamais l'image auto-contemplée de nous-mêmes (d'ailleurs ce qu'il nous en reste ce n'est rien: étant donné qu'on ne se voit pas soi-même, on est dans l'impossibilité d'en conserver des souvenirs et figurez-vous si on en tombe amoureux! ), mais toujours l'image des visages familiers, chers sourires, haleines encensées, tendres allures et gestes augustes des personnes qui nous entouraient et que nous chérissions autant que les membres de notre famille, autant que notre vie et nos plus beaux souvenirs.

La couleur grise ou jaunie des photos ainsi que les séquences fidèles et un peu indécises des films datés me reportent à la même couleur qui teint mes souvenirs des lieux et des personnes et me re-projette en plein dans l'atmosphère chaude de la classe où je me vois en train de me réchauffer de la voix du taleb et du poêle où ardaient rouges les bûches, pendant que l'arrogant hiver de la clémente Hamma battait dehors et profitait de notre misère pour nous intimider et nous faire grelotter de froid et de tristesse une fois que nous retournions dehors( nos foyers étaient pareils au dehors). Je crois revoir nos haillons mouillés et fumant d'une vapeur qui sentait le moisi et le sommeil. Je revois(?) nos regards jetés au delà des fenêtres guettant paradoxalement une liberté qui courait dans la cour avec les voix des autres élèves déjà en récréation, déjà déchaînés, déjà en vie...
Ma mémoire va encore plus loin, au-delà de la classe chauffée, au-delà de la place boueuse, au-delà encore des vergers d'oranges et de mandarines...ma mémoire va vers l'image lointaine d'un petit visage plein et rond et rose où des petits yeux creusés comme deux fosses d'azur où s'exerçaient déjà l'agitation de grands espoirs comme les bourrasques des hautes mers, l'avidité de grandir et la fureur de vivre et de conquérir le futur...

Malik


[][]

Par Alain - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Mardi 20 décembre 2 20 /12 /Déc 13:55
 
 
 
EXCURSION   EN   TUNISIE
 


J'ai découvert la Tunisie, à l'occasion d'une excursion de 3 jours avec des amis. A partir d'une belle villa en bordure de mer à Carthage, nous avons visité la région de Carthage-Tunis. Voici quelques diapositives de 36 ans, celles que j'ai pu récupérer: Ces modestes clichés ravivent pour nous des souvenirs inoubliables et vous inciteront, peut-être, à visiter ce beau pays. Je rappelle que ces photos ont été réalisées en 1969.

TUNISIE-mini
( Cliquer sur la carte pour agrandir )

aeroport-1-copie-1.jpg
Aéroport de TUNIS CARTHAGE
ambassade-de-france-a-tunis-1-copie-1.jpg Ambassade de France à TUNIS
carthage-1-copie-1.jpg CARTHAGE
port-punique-carthage-1-1-copie-1.jpg
PORT PUNIQUE DE CARTHAGE
villas-carthage-1-copie-1.jpg VILLA A CARTHAGE
palais-residentiel-carthage-1-1-copie-1.jpg PALAIS RESIDENTIEL A CARTHAGE
camp-de-vacances-1-copie-1.jpg UN VILLAGE DE VACANCES
que-la-mer-est-belle-1-copie-1.jpg Même village vu sous un autre angle
monument-tunis-1-copie-1.jpg MARABOUT
tunis-1-copie-1.jpg UNE VUE PARTIELLE DE TUNIS
stade-olympique-1-copie-1.jpg STADE OLYMPIQUE
piscine-olympique-1-copie-1.jpg PISCINE OLYMPIQUE
tribune-d--honneur-1-copie-1.jpg TRIBUNE D'HONNEUR DU STADE OLYMPIQUE
 

Les autres diapositives figurent dans la rubrique
ALBUM PHOTOS ( 31 PHOTOS )

[][]

Par Alain - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 16 novembre 3 16 /11 /Nov 00:00
J'ai découvert CONSTANTINE en allant habiter chez ma grand-mère maternelle dans la rue du Dr Momy au quartier St Jean, alors que j'entrais en classe de 3ème au collège Moderne du Coudiat,  mes parents étant en résidence à Batna. J'y suis resté jusqu'au terme de mes études puis j'ai quitté cette ville inoubliable pour rejoindre mon premier poste d'enseignant à l'Ecole Jules Ferry de Batna où j'ai résidé,durant deux ans, chez ma grand-mère paternelle, mes parents ayant été mutés, entre temps, à ...CONSTANTINE.
Je connais bien la ville et ses alentours que j'ai sillonnés durant 18 années, mais j'ai la chance d'avoir retrouvé mon ami Alain, né à Constantine, qui a accepté de nous guider pour visiter"Une des plus belles villes du monde".

 


Merci à Ali
Cliquer sur la vignette

 
PHOTOS ANCIENNES DE CONSTANTINE


Grand merci au Professeur Ammar
Construction-du-nouveau-pont.jpg

Cliquer sur la vignette
  CONSTANTINE

La ville des ponts

Bonjour cousin,                                                   Marseille le ../../1958


On me transmet ta lettre annonçant ta prochaine visite à Constantine. Je suis malheureusement absent pour quelques mois et ne pourrai, comme tu l'évoques, te faire visiter ma ville. Crois bien que j'en suis désolé. Aussi je m'empresse de te faire parvenir ces quelques mots pour t'aider dans une visite guidée qui, j'en suis persuadé, ne te laissera pas indifférent.
Puisque tu arrives par la voie aérienne, quelques minutes avant l'atterrissage, je t'engage à jeter un coup d'oeil par le hublot de l'appareil. En survolant la ville, tu constateras qu'elle est construite sur un piton rocheux, cerné sur trois côtés par les gorges profondes du Rhumel. Tu verras aussi que la cité déborde largement ce centre historique et qu'elle s'est étendue dans de nombreux faubourgs périphériques. Ton attention sera certainement attirée par le bois situé au sud de la ville, ayant la forme exacte d'une croix de la légion d'honneur. Ce bois de pins fut planté lors du second empire et, dit-on, sur l'ordre personnel de Napoléon III.
PONT DE SIDI M'CID SOUS LE SOLEIL

PONT DE SIDI M'CID SOUS LA NEIGE


Une fois sur place, lorsque tu quitteras le domicile de mes parents, je te conseille de remonter la rue Cherbonneau, puis de continuer dans la rue Emmanuel Piétri, qui te mènera au centre du Faubourg Saint Jean. Engage-toi alors à ta droite sur le boulevard Victor Hugo, tu bénéficieras de l'ombrage appréciable de ses acacias jusqu'à la place de la Pyramide. En chemin, si le coeur t'en dit, tu peux acheter quelques oranges à un des nombreux marchands de légumes installés sur le trottoir. Tu auras du mal à trouver en France des fruits aussi savoureux. Sur la place, je te conseille de faire une halte pour reprendre ton souffle. Tu peux utiliser pour cela la devanture accueillante des "Comptoirs Numidiens"; il est fort probable que tu y rencontreras quelques garçons désoeuvrés de notre âge avec qui il te sera facile d'engager la conversation. Si c'est l'heure de sortie, tu auras l'occasion de voir passer quelques élégantes lycéennes débouchant du plateau du Koudiat. N'essaie surtout pas de leur adresser la parole. Tu sais, ici les filles sont fières et ne parlent pas aux inconnus, tu courrais même le risque de te voir vertement remis à ta place. En face de toi, le monument pyramidal commémore, je crois me rappeler, une victoire napoléonienne; au delà, on aperçoit la gendarmerie; la prison est juste derrière. Cependant, si tu entends une sourde rumeur, ne t'affole pas, cela vient probablement du stade Turpin situé un peu plus haut, où un joueur du M.O.C. ou du C.S.C. vient sans doute de marquer un but.
Tu peux continuer ta visite en déambulant sous les arcades de la rue Rohault de Fleury. Cela te mènera à la place La Moricière qui tient son nom du général français tué lors du siège de la ville défendue par les troupes du Bey. C'était il y a bien longtemps, bien avant même la naissance de notre arrière-grand-mère Joséphine à Aïn Beida... A ta droite, tu as la belle façade de style mauresque de l'hôtel Cirta et à ta gauche la brasserie du Colisée. Si tu t'ennuies samedi soir, tu peux y aller danser. Je connais tes qualités de danseur et tu devrais y avoir un franc succès même si cela passe par quelques refus vexants en début de soirée.
Je te conseille de prendre la direction que t'indique la statue de La Moricière avec son sabre et de t'engager"entre les squares", pour gagner la place de la Brèche qui constitue le coeur de Constantine. Tu peux, si tu veux, aller déguster un"créponnet" chez un des marchands de glace de l'esplanade.
LE GRAND HOTEL CIRTA

Par contre, si tu as un petit creux, je te conseille d'emprunter la ruelle située entre le théâtre et le café"Cambrinus", elle te mènera à nombre d'estaminets susceptibles de te servir à tout moment tête de mouton grillée ou pois chiches au cumin. Tu m'en diras des nouvelles. Mais fais attention mon cousin, tu es là dans un quartier"chaud" à beaucoup de points de vue...
A ton retour sur la place, réserve la visite des rues commerçantes du centre (Rues Nationale, Caraman,et Brunache) pour un autre jour; engage toi plutôt en face de toi dans le boulevard Jolly Brésillon. Après être passé devant la Mairie, tu emprunteras le boulevard de l'Abîme si bien nommé.
LE PONT DES CHUTES
 
Faisant suite à l'animation du centre, tu seras frappé par le calme et le silence de ce lieu, seulement troublé par le crissement des pneus de quelques rares voitures. Après plusieurs virages escarpés et quelques tunnels, ce chemin te mènera à un belvédère d'où tu découvriras un paysage que tu ne seras pas près d'oublier: Sur ta gauche, ta vue buttera sur le massif du Chettaba, parfait exemple de relief tabulaire dominant la cité. En face de toi, au contraire, la vallée verdoyante du Hamma s'étendra à perte de vue. A droite, tu apercevras le débouché majestueux des gorges du Rhumel, tandis qu'à tes pieds, deux cents mètres en contrebas, le pont des chutes enjambant une dernière cascade de plusieurs dizaines de mètres te semblera minuscule. Si tu as un peu de temps, tu trouveras à quelques pas un ascenseur pouvant t'y mener en quelques minutes. Sinon, à la sortie du dernier tunnel, tu découvriras bientôt le"pont suspendu". Si tu n'es pas sujet au vertige, tu pourras t'y engager; tu seras bientôt à deux cents mètres au-dessus du vide, sur une passerelle frémissant au moindre souffle de vent ou au passage de la moindre calèche. Mais ton audace sera récompensée car tu trouveras immédiatement sur ta gauche le monument aux morts à partir duquel tu auras à nouveau un point de vue magnifique sur la vallée.
En revenant sur tes pas, je t'engage à descendre devant la façade austère du lycée de garçons, le lycée d'Aumale, et à longer les gorges du Rhumel jusqu'au pont d'El Kantara. Sa traversée risque de te donner à nouveau quelques frissons tant le paysage est grandiose. En tournant à droite, tu seras bientôt devant la gare C.F.A.; au passage, salue de ma part la statue de l'empereur romain Constantin à qui l'antique Cirta doit son nom actuel.
STATUE DE CONSTANTIN

En suivant les voies de chemin de fer, tu arriveras bientôt à l'entrée du pont Sidi Rached. Tu auras devant toi un des rares ponts construits en arc de cercle sur plusieurs centaines de mètres, et très certainement un des plus hauts. A mi-parcours, s'il te semble entendre une rafale d'arme automatique, ne t'affole pas; en jetant un coup d'oeil en contrebas, tu constateras que ce sont les cigognes qui nichent sur le minaret de la mosquée du dessous qui craquettent à qui mieux mieux.
PONT DE SIDI RACHED
 

En levant la tête, face à toi, tu auras une vue panoramique de la vieille ville et de ses maisons mauresques aux toits en terrasse, construites sur le piton rocheux, en extrême bordure du précipice. Tu rejoindras ainsi bientôt la place La Moricière d'où tu pourras regagner la maison sans difficulté.
Crois bien, mon cousin, que je regrette fort de ne pouvoir t'accompagner dans cette visite et je forme des voeux pour que l'occasion me soit fournie de te faire découvrir d'autres aspects de ce qui est pour moi une des plus belles villes du monde(sans fausse modestie)
Alain RICHARDOT  15/11/2005



PS: Merci aux deux photographes et à toi, Alain, en t'avouant que j'ai fait,par la pensée, la visite guidée avec ton cousin et avec beaucoup d'émotion.
Pour visiter CONSTANTINE, retrouvez CONSTANTINE au début du 21ème siècle et CONSTANTINE dans la rubrique"LIENS". Un grand merci aux auteurs de ces 2 sites.
                                                 

[][]

Par Alain - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Dimanche 13 novembre 7 13 /11 /Nov 00:00

Quel veinard je fus d'habiter pendant 5 ans et demi cette ville sublime méritant bien d'être surnommée Bône"la coquette"! Son nom évoque pour moi une foule de souvenirs: La découverte des moustiques et de la moustiquaire dans notre première résidence au sein d'une caserne à proximité de l'école Victor Hugo, l'apprentissage du parler bônois dans l'immeuble de la rue Messmer près du grand marché couvert et les joies de la vie à la campagne au Parc à fourrages, sur la route qui mène à la basilique de Saint Augustin. De 8 à 13 ans, j'ai parcouru cette ville, profité de ses belles plages, pêché sur le port, marché sur la route de Bugeaud et déambulé sur le cours Bertagna. Certes, je pourrais en parler de Bône mais personne ne peut présenter cette ville comme le fait mon ami Claude, un authentique bônois, qui n'a quitté sa ville natale qu'en 1971. A ma demande, il a eu la gentillesse de présenter sa ville préférée et je l'en remercie du fond du coeur.

Bône « LA COQUETTE »


En 1830, au moment du départ de l'expédition contre le Dey d'Alger,CharlesX et le ministère Polignac avaient envisagé  la cession de Bône et de Bône seulement à la France. Ce projet qui n'a évidemment pas survécu à la Révolution, prouve à quel point l'humble bourgade d'alors et son illustre aïeule Hippone tenaient une place privilégiée dans le coeur des Français.
Bône n'avait ni la grandeur austère de Constantine, ni la magnificence d'Alger. Elle avait une beauté discrète mais envoûtante. Ce charme indéniable, elle le devait à son site unique. La ville était belle sans le moindre artifice, mer, côte, montagne s'accordant pour lui faire une séduisante parure.
La ville qui dépassait 120 000 habitants en 1962, dont 50 000 d'origine européenne, se classait au quatrième rang des villes algériennes. La permanence d'une grande cité en ce point de la côte tient à la vocation urbaine du site et de la position. Bône et surtout sa rade, ont de tout temps attiré les navigateurs et les marchands. Les eaux profondes et calmes de son golfe admirable et tutélaire étaient très appréciées par les navigateurs fuyant les tempêtes et recherchant un abri sûr.
Cette étonnante vitalité, Bône la devait aussi à la richesse de sa plaine qui s'étirait jusqu'en bordure de mer. La plaine de Bône a connu la prospérité depuis le développement de la viticulture. Lorsqu'en 1875, le phylloxéra détruisit le vignoble en France, l'Algérie dut subvenir à la consommation de la métropole. Les terres algériennes et notamment celles de la plaine de Bône étaient propices à la culture de la vigne. La viticulture fut essentiellement l'oeuvre de particuliers et de sociétés pourvus de capitaux: Les domaines des Fermes d'Hippone à Duzerville, des Fermes françaises Saint-Vincent et des Fermes françaises Daroussa à Randon, du Chapeau de Gendarme à Mondovi étaient les modèles du genre. Cependant, la culture de la vigne et la vinification n'étaient pas la seule richesse de la plaine dont les terres chaudes et humides se prêtaient aussi parfaitement à la culture du tabac et du coton.

Mais il faut chercher au-delà de la simple vocation agricole, les raisons de la vitalité expansive de la ville. La richesse, Bône la devait aussi à l'activité de son port, un des plus importants d'Algérie. Très tôt, comprenant les avantages de sa position maritime et terrestre, la ville sut agrandir ses installations portuaires et s'équiper pour accroître le trafic. Les lignes de communication rayonnant dans toutes les directions étendirent de plus en plus loin la zone d'influence du port. Les marchandises affluèrent: Les vins, le tabac, le coton et les agrumes de la plaine, les céréales du bassin de Guelma, les moutons et l'alfa des hautes plaines, le liège du massif de l'Edough. Luttant de vitesse avec Bizerte, Bône arracha à la Tunisie le bénéfice de l'exportation des produits miniers de la frontière algéro-tunisienne: Le minerai de fer de l'Ouenza et du Bou-Khadra, les phosphates du Djebel Kouif et du Djebel Onk prirent la route du port de Bône qui devint ainsi le plus important port minier de l'Algérie. LE PORT : LA PETITE DARSEvue-sur-la-vieille-ville-et-le-port-copie-1LA VIEILLE VILLE ET LE PORT

LA CORNICHE
LA CORNICHE


Cet essor économique attira une progression inouïe de sa population à forte proportion d'immigrants italiens et maltais. Pouvait-on trouver ailleurs l'exemple d'une ville douée d'une telle fièvre de croissance, capable de passer en 130 ans, en dépit de trois guerres, de 1500 à 120 000 âmes? Aux vieux quartiers de la vieille ville dont les ruelles étroites et tortueuses s'achèvent parfois en culs-de-sac, s'ajoutèrent, à l'ouest d'abord, des quartiers modernes, aérés, aux rues rectilignes et larges convergeant vers l'ancienne porte de Karézas. Puis, ce fut la naissance du faubourg de la colonne Randon, au pied du massif de l'Edough. Enfin, avec l'attrait du bord de mer, la ville s'étendit le long du littoral.

 
BÔNE(VUE AERIENNE)


LE THEÂTRE
 
 
 

Le succès a grisé Bône qui disputa longtemps à Constantine la prééminence dans le département. Il a exalté aussi l'orgueil de sa population. On a parfois qualifié le bônois de vantard. Vantard? non pas: optimiste, gouailleur seulement. On l'a souvent comparé au marseillais. Certes, les points communs ne manquent pas et notamment le parler. Ce qui fait la particularité de celui de Bône, c'est sa truculence, son accentuation des voyelles, son inversion syntaxique( l'envie de mourir, il te donne) et surtout ses expressions métaphoriques et emphatiques. Dans tout propos, l'injure fréquente n'était que la marque d'une chaleureuse démonstration d'amitié.
On ne peut pas parler de Bône, sans évoquer son incontournable cours Jérôme Bertagna. Véritable agora où les jeunes et moins jeunes se donnaient rendez-vous, le cours Bertagna alignait jusqu'à la darse la perspective de ses immeubles cossus et de ses rangées de ficus et de palmiers. C'était le coeur de la ville où l'on venait se promener, faire quelques emplettes, commenter les évènements de la cité et...flirter. De nombreuses brasseries: le café de Paris, l'Hôtel d'Orient, le Maxéville, offraient aux badauds l'ombrage de leurs terrasses. On venait y prendre l'apéritif qu'accompagnait la traditionnelle"kémia" ou savourer les renommés créponnets de chez Fanfan.

LE COURS BERTAGNA
La ville pouvait aussi s'énorgueillir à juste titre de ses environs. Pour aller au Cap de Garde qui projetait dans les flots son promontoire de calcaire gris, la route de la corniche longeait la mer et serpentait au milieu des genêts, aloès et agaves. Les noms qu'on y rencontrait étaient bien poétiques: plage du Lever de l'Aurore, baie des caroubiers, baie des corailleurs, plage du Belvédère.
Du haut de la colline aux oliviers sur laquelle se dressait la basilique Saint Augustin, les promeneurs étaient récompensés des efforts d'une courte ascension par une vue admirable sur la plaine et le golfe de Bône. Dans son"Saint Augustin", l'académicien Louis Bertrand a, si bien, évoqué la magie de ce lieu agreste, enveloppé de paix. Ecoutons-le parler de cette"large baie arrondie en courbes molles et suaves comme celle de Naples. Tout autour, un cirque de montagnes; les étages verdoyants de l'Edough, aux pentes forestières...Azur de la mer, azur du ciel, nobles feuillages italiques. C'est un paysage lamartinien, sous un ciel brûlant"
LA BASILIQUE SAINT AUGUSTIN

Basilique St Augustin AnnabaLA BASILIQUE SAINT AUGUSTIN EN 1967




Enfin, une autre promenade appréciée des bônois: le massif montagneux de l'Edough aux portes mêmes de Bône, vêtu de chênes-lièges et de chênes zéens. A 900 m d'altitude et dans un site enchanteur, le village de Bugeaud proposait la fraîcheur de ses sous-bois. Il était, tout l'été, l'Alpe des bônois.
Ah! que tu étais belle, ma ville qui, alanguie, enlaçante, s'étirant mollement sous un soleil ardent, respirait la douceur de vivre.
Claude BARNIER ( Le 28 octobre 2005)

Quelques expressions métaphoriques du parler bônois:
1.Que le cul i te tombe et que le trou i te reste!
2.Qu'i te vienne la gratelle a'c les petits bras!
3.Qu'i te vienne le gobbe et la pécole!
4.Aretenez-moi ou j'i mets un taquet!
5.Ac' les oeils de tes morts, j'me fais des billes-z-agates!
6.Aga-le, i jette le bromedge!
7.Quelle caoulade!
8.Il est tout fartasse!
9.I m'ont niqué la pastèque!
10.J'la eu à ouffe!
Traductions qui ne figurent pas dans les pages roses des dictionnaires:
1.Sorte d'imprécation
2.Sorte de malédiction( gratelle: démangeaison)
3.Gobbe: de l'italien, bossu; la pécole: sorte de lèpre.
4."Arrêtez-moi ou bien je lui donne un coup de poing"
5."Avec les yeux de tes morts,j'aurais de gros yeux"
6."Regarde-le! Il jette un appât"
7."Quelle erreur!"
8."Il est tout chauve!"
9."Ils m'ont blessé à la tête!"
10."Je l'ai eu sans payer!"
Claude BARNIER

C'est à Bône que j'ai appris à jouer aux billes et ce jeu comportait plus de paroles que de tirs ou lancers.Voici un extrait de dialogues utilisés par les joueurs:
"Ta tiiiit bourvinan kix et grand à qui m'arrête!
-Entention, j'ai dit kix pas kix avant toi!
-Atso! tu joues comme une gamate!
-A la chala qui te vient le gobbe!
-A toi le gobbe et au c..!
-Avec les zosses de tes morts, je fais une canne à pêche pour pêcher..(censuré)
-Fais bien entention, je vais te niquer le beignet! etc...
Avec les traductions de Claude, vous saisirez aisément la signification des injures mais pour la première phrase voici l'explication:
"Ta tiiiit"= Ta tête. Si on touche la bille de l'adversaire sans avoir dit "Ta tiiit" le tir n'est pas valable.
"Bourvinan": si on touche la bille de l'adversaire et qu'elle ne fait pas plus de trois tours sur elle-même, si on oublie de dire "Bourvinan", ça ne compte pas.

"Kix": si la bille heurte le pied d'un joueur ou d'un spectateur, on peut prolonger sa trajectoire si on a dit kix avant de jouer.
Si on ne parvenait pas à se mettre d'accord, on en venait rarement aux mains; chacun retirait ses billes et on se quittait avec le bouquet final du feu d'artifice d'injures bien de chez nous.
Alain

Quelques diapositives de Bône sont placées dans la rubrique ALBUM DE PHOTOS et dans le DIAPORAMA




.

[][]

Par Alain - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Lundi 7 novembre 1 07 /11 /Nov 00:00
 
En ALGERIE de la mer au désert en passant par la montagne

undefined ZIAMA MANSOURIAH
 
 


CASCADES EAUX CHAUDES A HAMMAM MESKHOUTINE


undefined
Arc de Caracalla ( Ruines romaines de DJEMILA )

sommets-kabyles.jpg

Hauts sommets en KABYLIE

gorges_de_rouffi_aures_.jpg

Palmeraie au fond des gorges de ROUFFI

de_touggourt____el_oued.jpg
Sur la route de TOUGGOURT à EL OUED


LES TORCHERES DE HASSI MESSAOUD


LA VILLE SAINTE DE BENI ISGUEN

bassin-a-timimoun-copie-1.jpg Fontaine à TIMIMOUN
Timimoun, ville marquant le terme de nos excursions sahariennes(voir carte d'Algérie dans la rubrique LIENS).


Ces diapositives dormaient au fond d'un carton
depuis une quarantaine d'années.
Après les avoir scannées, je les publie
dans ce blog pour les transmettre
aux enfants, petits-enfants, amis.
Elles sont le témoignage de quelques voyages
effectués à travers l'Algérie
alors que j'y enseignais
dans le cadre de la coopération culturelle.
Ces quelques images, de qualité technique médiocre, donnent malgré tout
un aperçu des merveilleux paysages
qu'offre l'ALGERIE.









 
[]
 

[]

Par jimy - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Vendredi 21 octobre 5 21 /10 /Oct 00:00

 

D'ALGER A SCHOELCHER EN PASSANT PAR CONSTANTINE

 

 

Né à ALGER, j’ai atterri en MARTINIQUE après un parcours singulier. Depuis ma naissance, j’ai habité sur 3 continents : L’AFRIQUE, L’EUROPE et L'AMERIQUE, dans 3 pays : L’Algérie, L’Allemagne, la France, dans 14 villes : Alger, Blida(dans l’ex-département d’Alger, le 91) Donaueschingen(en Allemagne, en 1945-1946), Bône, Batna, Constantine, Hamma-Plaisance(Dpt de CONSTANTINE) rebaptisé Hamma-Bouziane en 1962, Woippy, Montigny-lès-Metz, Talange, Metz(dans le département de la MOSELLE), Liézey, Remiremont(dans le département des VOSGES, le 88), Habsheim(Haut-rhin, le 68) et SCHOELCHER(972, en Martinique). J’ai déménagé  27 fois et j’ai étudié ou enseigné dans 17 établissements scolaires. Un authentique nomade !

C’est à CONSTANTINE ou à proximité(Hamma-Bouziane) que j’ai résidé le plus longtemps : 18 années.

J’ai habité en 3 endroits de la ville, fréquenté 3 établissements scolaires : Le collège moderne au Coudiat, le Lycée d’Aumale près du pont suspendu de SIDI M’CID et l’Ecole Normale.

Allez donc visiter ma ville préférée en cliquant sur les liens:                                                                                                                                                                                                               1. CONSTANTINE: Plus de 540 photos de la ville des ponts.

 

 2 CONSTANTINE AU DEBUT DU 21ème siècle:

Vous constaterez la beauté des sites extraordinaires qu’elle offre au visiteur !

Possédant très peu de photos de Constantine, j'ai cherché sur le Web avec l'ami GOOGLE et je suis tombé sur deux  sites agrémentés de plusieurs centaines de photos de cette ville typique et exceptionnelle. J'ai placé les liens dans la rubrique adéquate et je remercie infiniment les auteurs de ces sites ainsi que les auteurs des photographies qui ont réussi à raviver ma nostalgie du pays natal.

 

 

 3. PHOTOS ANCIENNES DE CONSTANTINE:

 

 


Le pont suspendu de SDI M'CID et la route de la corniche


Pont de SIDI M'CID sous un autre angle


Route de la corniche et rocher où l'on aperçoit la statue de ND de la PAIX


La statue de ND de LA PAIX domine CONSTANTINE


  ND de la PAIX surplombe les gorges du RHUMEL


Vue de ND de la PAIX

CONSTANTINE perchée sur son rocher


Vue partielle de CONSTANTINE: On aperçoit le magnifique pont de SIDI RACHED


Coucher de soleil sur le plateau du MANSOURAH


Vers la plaine du HAMMA
L'ex-Lycée d'AUMALE


L'ex-église du Sacré Coeur

Encore un grand merci aux sites visités et aux auteurs des photos

 

 

[][]

Par jimy - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 7 octobre 5 07 /10 /Oct 00:00

LA KABYLIE

Je viens de retrouver, noyées dans d'autres diapos, quelques diapositives de Kabylie que je rajoute à mon album. En fait, ces diapos ont beaucoup voyagé, en Moselle, en Normandie, dans les Vosges, en Alsace et même en Corse chez mon ami Norbert. Ce sera à présent plus pratique de les visionner sur internet par le biais de ce Blog dont le seul but est de faire partager des flashs de vie captés sur cette magnifique terre d'Algérie, terre où je suis né.Je rappelle que ces diapositives ont été réalisées il y a plus de 40 ans.

CARTE DE KABYLIE
Cliquer sur la carte pour obtenir GOOGLE map
Petite KabylieCARTE DE PETITE KABYLIE
Cliquer sur la carte
         CARTE DE GRANDE KABYLIE
          CLIQUER SUR LA CARTE



Villages kabyles et hauts sommets enneigés


La Méditerranée se prélasse au pied du CAP CARBON


Vue sur le port de BOUGIE
Le fleuve vient barbouiller de gris le bleu de la Méditerranée

BEJAIA ex-BOUGIE BEJAIA ex-BOUGIE vue de la montagne


Cargos dans le port de BOUGIE


La côte kabyle


Côte rocheuse en KABYLIE


Massifs enneigés au mois d'avril


Villages kabyles édifiés sur des crêtes

Hauts sommets en KABYLIE


Site de la GROTTE MERVEILLEUSE


Terrasse de la GROTTE MERVEILLEUSE


En grande KABYLIE les hauts reliefs dominent


Aïn Zaouïa en 2008

LE DJURDJURA EN 2008

VUE SUR LE DJURDJURA EN 2008

LE DJURDJURA SOUS LA NEIGE EN 2009

Zoom sur un village de crête

[]VILLAGES perchés sur les crêtes en KABYLIE

[]

Par jimy - Publié dans : photos
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Dernière minute

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 

  



 
2 romans de Smari Abdelmalek, ancien de l'école Cité ouvrière




                                                                                                                           

 

SUR-LES-PONTS-DE-CONSTANTINE-copie-3.jpg
     

VIDEO " SUR LES PONTS DE CONSTANTINE "

Merci à ALI
                 

 

                                                                                                                                             

 

[]

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus